Historical sources

izvoare

HISTORICAL SOURCES

Pythagore (580-495 av. J.-C.), sur la sagesse des Gètes, dans son ouvrage «Lois morales et politiques»: «Allez aux Gètes, non pas pour les donner des lois, mais pour apprendre d’eux. Pour les Gètes, les terres sont sans frontières, tous les champs sont communs. Et de tous les peuples, ils sont les plus sages, nous dit Homère».

Hérodote (484 – 425 av. J.-C.), sur Zalmoxis et l’immortalité dans l’œuvre «Histoires»: «Les Gètes se croient immortels de la manière suivante: ils ne croient pas à la mort, mais que ceux qui disparaissent de notre monde rejoignent le dieu Zalmoxis, qui est également appelé Gebeleizis par certains d’entre eux ».

Platon (427 – 347 av. J.-C.), sur les enseignements médicaux que les Traco-Gèto-Dacques ont reçus de Zalmoxis, dans le dialogue «Charmides»: « (…) Telle, Charmides, est la nature de ce charme. Moi (Socrate – N.N.) j’ai appris ce charme d’un des médecins thraces de Zalmoxis, qui, le peuple dit, ont le don d’accorder l’immortalité. Ce Traque a dit que (…) Zalmoxis, leur roi, qui est un dieu, dit que, comme vous ne devriez pas essayer de prendre soin des yeux sans guérir la tête, ou guérir la tête sans le corps, vous ne devriez pas non plus traiter le corps sans aussi soignant l’âme, et c’est pourquoi la plupart des maladies échappent aux médecins grecs. Ils négligent le Tout, qui devrait être leur principal objectif, car si le Tout est mal, alors chaque partie de celui-ci est affligé ainsi. Car, disait-il, toutes choses, bonnes et mauvaises – pour le corps comme pour l’homme dans son intégralité – viennent de l’âme, d’où elles coulent (comme d’une source) de la tête aux yeux. Nous devons donc d’abord guérir la source du mal afin que notre tête et le reste de notre corps puissent à nouveau jouir d’une bonne santé. Mon ami, dit-il, les charmes peuvent guérir l’âme. Ces charmes sont les belles paroles qui font fleurir la sagesse dans nos âmes.

Strabon (63 av. J.-C. – 21 après J.-C.), sur Zalmoxis, dans son ouvrage «La Géographie»: «Quand il revint dans son pays natal, il fut courtisé avec avidité par les dirigeants et le peuple, car il pouvait voir le futur en utilisant des signes célestes. Enfin, il persuada le roi de le laisser gouverner à ses côtés, puisqu’il pouvait relayer la volonté des dieux. D’abord il [Zalmoxis] a été nommé un prêtre du dieu qui était le plus honoré dans leur pays, mais après un certain temps on lui a donné le titre de dieu. Il a passé sa vie dans une caverne où seulement lui avait le droit d’entrer.

L’empereur Julien l’Apostat (331-363 après J.-C.), citant l’empereur Trajan dans son ouvrage « Royaumes »: « Les Gètes (Dacques) que j’ai vaincu étaient les guerriers les plus valeureux au monde, non pas seulement grâce à la force de leur corps, mais aussi aux enseignements de leur sacre Zalmoxis. Convaincus qu’ils ne peuvent pas mourir, qu’ils changent simplement de plan d’existence, ils sont plus disposés à affronter la mort que certains sont à partir en voyage ».

Jordanes (6e siècle après J.-C.), sur Zalmoxis, dans son ouvrage «Getica»: «Dans leur deuxième siège, signifiant Dacie, Thrace et Moesie, les Goths (les Gètes – NN) avaient Zalmoxis comme roi, homme que la plupart des chroniqueurs qualifient de philosophe, ayant un savoir digne d’admiration.